Convention de lutte contre le gaspillage

De nos jours, les cérémonies s’organisent de manière compétitive, chaque événement voit un surplus financier sur le précédent. Les principes de solidarité, de prévention, de partage et d’humilité sont bannis du  vocabulaire des mariages, baptêmes, funérailles et circoncisions.

Ainsi, beaucoup de gens ont longtemps souffert de dettes contractées lors de célébration de cérémonies familiales du fait de vouloir faire au delà de leurs possibilités financières. À cause de problèmes découlant de dettes contractées, d’apports ou de participation non rendues, des foyers se sont effondrés, des amitiés et alliances brisées. Très souvent, la sécurité alimentaire de la maison est remise en cause après l’organisation d’une cérémonie familiale.

Cette situation est symbolisée par un fût troué. La raison nous dicte qu’il ne sert à rien de continuer à remplir le fût alors que le trou demeure. Après un moment, on se rend compte que le fût ne se remplit pas et que le trou devient plus grand. On peut utiliser cette image pour caractériser les économies de nos familles.

La société rythme  sa vie avec des événements heureux et/ou malheureux. Cependant, une attention particulière est portée au lendemain (conséquences) de ces événements. Si la célébration d’un événement heureux ou malheureux est la manifestation d’une solidarité grandissante d’une population, alors pourquoi pose-t- il un  problème. La lutte contre le gaspillage n’interdit pas le plaisir. Elle combat l’excès.

A cet effet, le RECODEF en partenariat avec Action de Carême (AdC) a initié une stratégie dénommée « Convention de Lutte contre le Gaspillage lors des cérémonies familiales » qui poursuit deux objectifs : la réduction des dépenses lors des cérémonies familiales et une pratique locale et intelligente de la loi 67-04 du 24 février 1967, réglementant les dépenses aux cérémonies familiales.

La stratégie de la convention de lutte contre le gaspillage des ressources va au delà des cérémonies familiales. Elle s’accentue d’abord sur la gestion des revenus de la famille.

L’accompagnement de l’animateur consiste dans ce cas à alerter et faire prendre conscience la famille (surtout la femme) de la nécessité d’éviter les gentillesses fortuites, les superflus alimentaires et les pertes liées à la manutention et à la manipulation des céréales.

Plusieurs activités de sensibilisation et d’organisation sont réalisées (conférences, élaboration des procédures et formation de comités de gestion, suivi techniques du fonctionnement des CLG…etc.).

En Juin 2014, les 26 conventions locales mises en place et mobilisant 1230 signataires ont été appliquées dans 637 cérémonies familiales cérémonies (mariages, funérailles et baptême). Des coûts de mariage sont réduits de 760 000F CFA à 250 000F CFA, le nombre de sujets tués lors des funérailles est passé de plus d’une dixième à 1 sujet dans beaucoup de villages. Après la célébration d’événements, l’investissement des familles a augmenté dans la production (intrants et matériels agricoles), dans l’habitation (construction, meubles) et dans la santé et l’éducation des enfants.

Merci de votre intérêt à soutenir la mise à échelle de cette initiative qui participe à lutter contre la pauvreté au profit plus de (40000 personnes) dans 62 villages des quatre communes de Fissel, Ndiaganiao, Ndondol et Ngoye au Sénégal.

Merci de prendre contact avec notre secrétariat pour plus d’informations