Calebasse de solidarité

Dans la zone d’intervention du RECODEF, les difficultés liées à l’accès aux facteurs de production, la mauvaise gestion des revenus et l’exclusion des catégories les plus faibles aux décisions, mettent en permanence les populations dans des situations inconfortables. Les mécanismes locaux de solidarité comme l’entre aide, l’assistance communautaire et le travail collectif sont affaiblis. L’individualisme ou « bopp sa bopp en wolof », les inégalités sociales et l’usure économiques sous toutes ses formes s’y développent.

C’est ainsi que plusieurs initiatives de caisses ont été menées depuis des décennies par divers acteurs, notamment les OCB, les GPF, les GIE, les GEC et à plusieurs niveaux, quartier, village et communautaire. Il s’agit de tontines avec les femmes et de caisses d’épargne et de crédit villageoises et/ou de groupements. Ces systèmes ont montré leurs limites dans la lutte contre la pauvreté. Elles décapitalisent et désorientent l’économie de leurs adhérents pour constituer des capitaux qui échappent  à ces derniers. (hacc askan wi, duufal kees bi, ndax lan). Les mutuelles d’épargne et de crédit sont une illustration des systèmes de décapitalisation des plus démunis, entrainant l’installation de la soudure et de l’endettement.

Dans la perspective de lutter contre l’endettement, le RECODEF en partenariat avec Action de Carême (AdC), développe une expérience dite calebasse de solidarité depuis 2005. C’est un système de proximité dont les objectifs sont le renforcement de la solidarité, la réduction des inégalités et la protection contre toutes les formes d’usure. Sa finalité est de manger à sa faim, se soigner et s’éduquer en se libérant de l’endettement. Elle est fondée sur des principes et valeurs de transparence dans la gestion des ressources, et d’équité dans l’accès aux services.

Plusieurs activités d’animation, de sensibilisation, de formation, de mise en lace d’organes de gestion, de suivi et de capitalisation des méthodes et outils du système sont déroulées par l’équipe technique de l’organisation.

Les résultats sont motivant car sur le plan quantitatif, 95 calebasses de solidarité sont installées et fonctionnent dans 52 villages des trois collectives locales de Fissel, Ndiaganiao et Ndondol. Elles ont un cumul d’épargnes en espèces de plus de huit millions de francs CFA.

Sur le plan qualitatif, les démunies disposent de filet de sécurité au moment de la soudure. Les rencontres de collecte sont des opportunités pour la manifestation de la solidarité entre les catégories sociales. Avec les prêts solidaires sans intérêts, les populations sont délivrées de l’emprise des usuriers.  Le bétail n’est plus vendu à vil prix pour achat de vivres pendant la période de soudure. Le matériel agricole est sécurisé contre l’hypothèque et le gage.

Des groupes castés et les personnes vivant avec un handicape  ont accès aux postes de responsabilité dans leurs milieux malgré le poids de la coutume et de la tradition qui ne favorisent pas les plus faibles (femmes et enfants). Ces fonds de solidarité qui naissent avec le développement des calebasses ont rendu nul le taux d’intérêts et délivrent les populations de l’emprise des institutions pratiquant des taux usuriers allant de 12 à 24%.

Dans la perspective, la calebasse de solidarité se développera en améliorant et en diversifiant ses services. Après l’assistanat social aux plus démunis, elle devra appuyer ses membres à accéder aux semences de qualité et aux matériels agricoles et financer l’investissement agricole des membres.

Mais cela suppose un partenariat diversifié et un mode d’organisation plus implicative et plus professionnelle. La calebasse de solidarité ou le réseau des calebasses, peut devenir une mutuelle de solidarité et d’investissement agricole (MSIA), tout en gardant ses principes et valeurs de solidarité. La systématisation des actions d’auto défense peut contribuer à fédérer les calebasses en coopérative solidaire capable à répondre aux besoins de production, d’assistance sociale et de promotion du statut des producteurs.

Merci pour votre intérêt à nous contacter pour plus d’informations.