Bonne Gouvernance

Le Sénégal a une longue expérience de la décentralisation car les premières communes ont été érigées vers la fin du 19ème siècle. Mais la décentralisation en milieu rural est beaucoup plus récente, car elle a été lancée en 1972 avec la mise en place effective des communautés rurales. Depuis cette date, plusieurs évolutions visant à renforcer le pouvoir des gouvernements locaux et la participation des citoyens dans la gestion des affaires locales ont été constatées. Celles-ci ont permis de réduire progressivement le pouvoir de l’administration locale et de renforcer par la même occasion celui du Président du Conseil Rural au point que aujourd’hui le Sous-préfet qui était ordonnateur des dépenses au moment du lancement des communautés rurales, exerce uniquement un contrôle de légalité sur les décisions prises par le conseil rural.

Toutefois, malgré ces avancées, la participation des populations dans le processus de prise de décisions reste encore faible. Plusieurs facteurs peuvent être évoqués pour expliquer cet état de fait. Il y’a d’abord, un manque de formation et d’information des citoyens pour leur permettre de bien connaître leurs devoirs et droits ; la plupart des ateliers de formation étant encore destinés prioritairement aux élus.

Il faut noter ensuite, l’absence de mécanismes et d’outils adaptés permettant aux citoyens de suivre et contrôler le travail des élus et à ces derniers de rendre compte de leurs décisions. Par ailleurs, la représentation de certains groupes sociaux comme les femmes et les jeunes au sein des organes de gestion des collectivités locales reste particulièrement faible et cette situation s’est souvent traduite par une prise en compte inadéquate de leurs besoins et aspirations.

Pour faire face à cette situation, le RECODEF a initié la première expérience de budget participatif de 2002 à 2008 dans la communauté rurale de Fissel, département de Mbour, région de Thiès au Sénégal. Dans la même perspective, il a initié et mis en œuvre un projet de renforcement des capacités institutionnelles et citoyennes des responsables et acteurs locaux en 2008.